Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 juin 2012 3 20 /06 /juin /2012 11:49

   Voici un documentaire qui traîte des différentes pratiques frauduleuses de la grande distribution. Mais derrière ces agissements malhonnêtes se cachent en réalité la mainmise totale des grands groupes sur le marché. Ces grands groupes se sont imposés comme des intermédiaires incontournables aux échanges et cette position dominante sur les marchés leur assure un contrôle totale sur les prix. Ils dictent ainsi leurs règles aux consommateurs mais également aux producteurs. En effet, si un producteur veut que son produit soit présent sur les étalages des supermarchés, il doit payer ce que l'on peut objectivement appeler des pots-de-vin.

 

   Si on observe nos économies d'aujour'hui, on constate que de nombreux marchés sont dominés par des parasites qui ne produisent rien. Ils s'imposent uniquement comme des intermédiaires aux échanges à l'image du négociateur en immobilier. Cette suprématie économique leur permet de négocier les prix à la baisse avec les producteurs, et de revendre le bien au prix fort.

 

   La grande distribution, achetant en gros, veut bénéficier des meilleurs prix. Ainsi, les producteurs nationaux sont non seulement mis en concurrence entre eux mais également avec les producteurs étrangers. Ainsi, les agriculteurs français ont été poussés à toujours produire plus au moindre coût. C'est ce qui a causé leur perte, car cela les a également incité a utilisé de plus en plus de pesticides et autres produits chimiques. Et, en réalité, cela va encore plus loin car les agriculteurs ne produisent plus eux-mêmes leurs semences, alors même que depuis des millénaires les paysans cultivent la terre à partir de semences qu’ils conservent d’une année sur l’autre. Mais là encore, des parasites économiques, telle que la très controversée société américaine Monsanto, ont privatisé les ressources agricoles en déposant des brevets sur les différentes semences élaborées par des firmes du secteur chimique comme BASF ou Dupont. Vous vous rendez compte, des société qui fabriquent du plastique nous vendent également des tomates brevetées et génétiquement modifiées dans le but d'exiger des royalties aux agriculteurs. Mais comment la pillule a pu passer si facilement? Et bien, avec toujours ce même discours matérialiste et purement économiste et cette mentalité marchande où chacun ne pensent qu'a maximiser son utilité c'est-à-dire son profit et son temps. Ainsi, les agriculteurs ont été incité a adopter ces semences, en abandonnant les pratiques traditionnelles de conservations de leurs propres semences qui assuraient une diversité des espèces et donc une bonne santé génétique. Il faut savoir que, dans nos sociétés dominées par la grande distribution, les semences traditionnelles ont presque totalement disparues, et au fur et à mesure que ces semences brevetées gagnent du terrain, les paysans deviennent totalement dépendants de ces parasites économiques. Résultats: des fruits et légumes de plus en plus chers et de moindre qualité.

 

   De cette mainmise sur les marchés par la grande société anonyme, comme nous l'a expliqué Galbraith, la Banque en est la principale représentation. Avec le règne de l'argent électronique, il n'y a pas une transaction, même des plus banales comme acheter une baguette, où la Banque ne sert pas d'intermédiaire. Et cette mentalité affairiste et anti-productive s'est propagée à l'économie réelle, aujourd'hui dominée par les parasites économiques.

 

 


 
Partager cet article
Repost0

commentaires