Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 juillet 2014 1 14 /07 /juillet /2014 01:37

   Le 17 avril 2002, deux pilotes américains volant au-dessus de Kandahar se crurent attaqués par des missiles provenant du sol. Ils larguèrent une bombe qui coûta la vie à quatre soldats canadiens et en blessa huit autres. Le jour de leur comparution en cours martial, les deux pilotes ont affirmé que leur jugement a été faussé par l'utilisation, ordonnée par leurs supérieurs, de pilules d'amphétamine communément appelées "go pills" dans l'armée américaine.

   Aux Etats-Unis dans les années 1930, l'amphétamine était en vente libre, commercialisée sous le nom de Benzédrine. Des millions d'américains la consommaient comme des vitamines. Malgré les effets néfastes constatés sur la santé physique et mentale des consommateurs, les autorités américaines et britanniques ont généralisé l'utilisation de cette drogue lors de la Seconde Guerre mondial. L'amphétamine était utilisée pour combattre la faim et la fatigue, et augmenter la vigilance et l'endurance des soldats.

 

   Dans le documentaire d'Arte La pilule de Göring, on nous explique que les amphétamines étaient largement utilisées par les Nazis lors de la Deuxième Guerre mondiale , mais qu'aujourd"hui ce genre de pratique reste très contrôlé. En vérité, tous les bélligérants ont développé leur propre drogue de synthèse (pervitine, benzédrine et méthédrine). On nous explique que ces drogues étaient utilisées principalement par les nazis, puis par les autorités soviétiques est-allemandes. Pourtant, dès 1932, l'amphétamine fut lancée sur le marché américain sous le nom de benzédrine alors que la pervitine, la méthamphétamine des nazis, n'a été commercialisée qu'en 1938 sur le marché allemand. La drogue avait une place tellement importante au cours de la Seconde Guerre mondiale, qu'à la fin de la guerre le Times titrait: "La méthédrine a gagné la bataille". De plus, les films américains sur la guerre du Vietnam nous présentent souvent des soldats drogués pour supporter l'horreur de la guerre. Les effets recherchés sont: la surconfiance, l'aptitude aux risques décuplée, l'euphorie accompagnée d'un sentiment d'invincibilité, l'absence de fatigue et de faim mais également une concentration accrue (c'est pour cette dernière raison qu'elle est utilisée chez les aviateurs). Ces drogues ont une utilité double dans un contexte militaire. En effet, pris par un sentiment d'euphorie, les soldats ne se rendent pas compte des actes qu'ils commettent. L'opération Barbarossa a causé la mort de 16 millions de civils russes, ukrainiens et biélorusses, et la drogue doit y être pour quelque chose. 

 

   Ce sont des drogues synthétiques. De nos jours, la méthamphétamine est produite dans des laboratoires clandestins à l'aide de produits chimiques assez répandus et de médicaments en vente libre. D'autres produits comme des solvants industriels ou du lithium de batterie peuvent y être ajoutés. D'où la différence de prix avec les autres drogues telles que la cocaïne ou l'héroïne qui sont dépendantes des cultures de coca et de pavot. La méthamphétamine est connue sous différentes dénominations: on l'appelle crystal, ice ou meth en Occident, et yaa baa et shabu en Asie. L'amphétamine, elle, est plus connue sous le nom de speed.

 

   Un grand consommateur de ces produits est Bernard-Henry Lévy. C'est sa femme qui nous l'apprend, interviewée dans l'émission de France 2 Complément d'enquête: "Il a recourt, je vous dis, à des armes. Ce qui est important pour lui c'est son oeuvre et ce sont ses combats. Et par conséquent, tout est permis pour arriver à ses fins. C'est un grand stratège."

   Ce penchant pour la drogue est un problème familial chez les Lévy. Sa fille Justine Lévy est allée plusieurs fois en cure de désintoxication.

   Cette citation de BHL: "L'art de la philosophie ne vaut que s'il est un art de la guerre" prend tout son sens avec la révélation de ses penchants narcotiques. Le milliardaire BHL, philosophe autoproclamé drogué à la meth, hyperactif sioniste et fauteur de guerre ambulant, n'est qu'un camé notoire derrière ses sourcils froncés feintant la gravité. La prise de drogue comme un moyen d'arriver à ses fins grâce à cette force de persuasion et cette confiance en soi que lui procure la méthamphétamine. Donc, pour mentir et tromper son monde dans cette guerre des mots et des idées qui précède celle du feu et du sang, BHL a besoin de se droguer pour échapper aux sanctions de sa conscience et à la laideur de ce qu'il représente ici-bas.

   En vérité, le funeste BHL n'est pas une exception. On peut même parler de constante dans l'histoire des hommes et de leurs tyrans. En effet, en 1976 lors de la restauration de la momie de Ramsès II à Paris, on a découvert des traces de cocaïne dans ses narines. Par la suite, d'autres recherches ont été effectuées sur différentes momies. On a appris que les familles régnantes et les prêtres de l'Egypte Antique consommaient différentes drogues comme le tabac, le haschich et la cocaïne. 

 

 

 

  La pilule de Göring - La Pervitine (documentaire Arte):

  (voir autre lien en bas de page)

 

 


 

 

L'amphétamine et la guerre - Agence Science Presse: link

Drogues de combat - A-LIRE.Info: link

 

 

Extrait de l'émission Complément d'enquête diffusée sur France 2 le 3 juillet 2014:

 


 
 

 

Les clopes et la coke de Ramsès II - Les Signes des Temps: link

Drogue dans l'Egypte antique - Wikipédia: link

 

 

Partager cet article
Repost0
26 juin 2012 2 26 /06 /juin /2012 14:06

    Montage vidéo des différents highlights de tous les champions du monde de la catégorie reine depuis plus d'un siècle. Quel spectacle extraordinaire d'observer l'évolution de la boxe, ce sport qu'on appelle également le noble art. Discipline peu réglementée au départ et se pratiquant à mains nues, la boxe anglaise est la descendente directe du pugilat. Mais au milieu du XIXème siècle, le Marquis de Queensberry codifia les règles de ce sport, mettant l'accent sur l'agilité plutôt que sur la force:

- l'interdiction du combat à mains nues, du corps à corps, de l'étouffement, des coups lorsque l'adversaire est impuissant et du combat au finish.

- les rencontres sont divisées en plusieurs rounds de trois minutes.

- un participant perd le match s'il reste au sol plus de dix secondes, allongé ou en appui sur un genou ou s'il est considéré impossible de revenir au match.

 

   Ce qu'il faut savoir c'est que le noble art, comme son nom l'indique, était plutôt pratiqué par des nobles, adeptes des duels et du défi physique. Mais ceux qui donneront ses lettres de noblesses à ce sport, qui a toujours exercé un pouvoir de fascination, sont des fils d'esclaves affranchis à l'image de Jack Johnson, des fils d'immigrés italiens comme Rocky Marciano, et des jeunes des ghettos new-yorkais tel Mike Tyson. En bref, que des crève-la-dalles, à quelques exceptions près, qui connaîtront la gloire mais également la déchéance.

   Ne monte pas sur le ring qui veut.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
23 juin 2012 6 23 /06 /juin /2012 14:05

    Documentaire biographique sur le premier champion du monde poids lourd afro-américain dans l'Amérique du début du XXème siècle. Tout comme Mohammed Ali cinquante ans plus tard, Jack Johnson révolutionna l'univers de la boxe.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 11:13

   Voici un documentaire sur le fondateur du mouvement sioniste, Theodor Herzl, juif totalement assimilé et qui détestait la tradition. En effet, lui, qui a été éduqué dans l'esprit des Lumières, voyait le juif religieux comme un être arriéré. En réalité, cela va beaucoup plus loin car Herzl était un antisémite virulent, appelant même à la ratonnade des juifs pratiquants. Tout comme il y a aujourd'hui des arabes sionistes représentés par la famille régnante d'Arabie Saoudite, Herzl était un juif antisémite. Ces contradictions historiques n'en sont pas si l'on étudie la question sérieusement.

 

   Ce documentaire, qui dévoile la face cachée du sionisme, est, bien-sûr, en totale contradiction avec l'article de wikipédia au sujet de Theodor Herzl. En effet, les sayanims du web se consacrent énormément à la réécriture de l'Histoire, et le site wikipédia, l'encyclopédie électronique de référence, est une de leur cible privilégiée.

 

   Le sionisme, idéologie athée, est par nature contre la véritable religion juive. Mais sur le fond maintenant, je ne pense pas que Herzl était réellement antisémite au sens où nous l'entendons. En effet, son but ultime était la création de l'Etat d'Israel, l'Etat de tous les juifs. Il avait donc pour pour seule ambition l'immigration massive des populations juives européennes vers la Palestine, sans quoi le projet sioniste aurait été impossible. Ainsi, Herzl était un propagandiste du sionisme mais également de l'antisémitisme, car l'un ne va pas sans l'autre. Les sionistes, juifs assimilés et anti-religieux,  avaient compris qu'ils auraient besoin d'un cataclysme à l'échelle de l'Europe pour peupler puis revendiquer la Terre Sainte, car à cette époque la majorité des juifs étaient profondément et par nature anti-sionistes. Pour ces derniers, l'Etat d'Israel était une abberation. Telle était la situation objective de la fin du XIXème et du début du XXème siècle en Europe. Le reste n'est que mensonge. Surtout ceux qui nous parle du romantisme sioniste et d'une montée de l'antisémitisme chez les peuples européens uniquement par haine viscérale du juif. Pour eux, le goy est profondément xénophobe et cette idée est encore propagée aujourd'hui par le même genre d'individu pour glorifier l'Etat sioniste et justifier les politiques anti-nationales (BHL, L'idéologie française, et pleins d'autres).

 

   Ainsi, selon wikipédia, « pour mener à bien son projet d'État pour les Juifs, il décide de lancer une campagne internationale et de faire appel à toutes personnes susceptibles de l'aider. Il va ainsi successivement se rapprocher des Rothschild (le baron Edmond de Rothschild a déjà commencé à acheter des terres en Palestine depuis 1882) et de Maurice Hirsch. Il demande des lettres de soutien à des personnages importants de l'époque comme le pape Pie X qui le reçoit en 1904, le roi Victor-Emmanuel III d'Italie ou Cecil Rhodes. » Ce n'est bien-sûr pas un hasard si l'on retrouve ici deux grands noms du mondialisme.

   Donc, Herzl légitima et propagea les idées antisémites car la fin justifie les moyens. Son employeur ayant acheté des terres en Palestine dès 1882, ce stratagème visant à répandre l'antisémitisme fait parti du plan sioniste car comme nous l'avions vu avec Nahum Goldmann, à cette époque, les communautés juives allemandes, et dans différents pays européens, vivaient paisiblement et étaient considérées comme des citoyens à part entière.

   Le sionisme, tout comme le communisme et le nazisme, sont des idéologies matérialistes et anti-religieuses qui ont pour but l'émergence d'un « homme nouveau » sur les cendres de l'ancien. Ainsi, pour parvenir à atteindre ce nouveau monde, une méthode radicale a été appliquée: les massacres de masse.

 

   Une chose intéressante, soulignée dans ce documentaire, est le fait que le sionisme, malgré sa haine du religieux, a utilisé la symbolique de la religion juive. Ainsi, les idéaux sionistes mélés aux symboles religieux ont abouti à une sorte de nouvelle croyance sionisto-judaÏque majoritairement répandue parmi les populations juives d'aujourd'hui. Cette croyance est basée sur un messianisme qui voudrait qu'Israel devienne un empire et que son messie (le dajjal) gouverne le monde depuis Jérusalem. Il suffit d'entendre une des nombreuses interventions d'Attali où il souhaite l'établissement d'un « gouvernement mondial » qui aurait pour capital Jérusalem.

 

   La deuxième partie du documentaire, qui traîte du débat politique actuel en Israel entre les religieux et les anti-religieux, révèle les profondes contradictions du sionisme et l'abbération du système politique qui en a découlé: on y voit un politicien israélien coiffé d'une kippa et défendant de façon virulente la séparation de la religion et de l'Etat, et à l'inverse, il existe des rabbins farouchement sionistes prônant un judaÏsme d'Etat. Nous retrouvons là encore des « contradictions  historiques ». En réalité, ce n'est que le règne du mensonge (à toutes les sauces). Et, ces différents modes de pensées ainsi que le débat politique nous démontre que la création de l'Etat d'Israel est la création d'un Etat européen au sens franc-maçon du terme.

 

  

 

 

Partager cet article
Repost0
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 01:13

    Pourquoi les Lumières ont tant minimisé l'héritage de l'Antiquité et du Moyen-Age, à l'image des professeurs de philosophie, qui négligent ces périodes considérées comme creuses, en passant directement de la philosophie helléniste aux Lumières.

   Comme l'explique Michéa dans l'Empire du moindre mal, l'invention de la science expérimentale de la nature, la Sienza nuova, qui a donné « une assise métaphysique particulièrement solide à la notion de Progrès », mais a également favorisé la croyance « selon laquelle l'extension de la méthode galiléenne à l'étude de la nature humaine pourrait bientôt permettre d'édifier une « physique sociale » et, à travers celle-ci, de créer les conditions d'un traitement enfin « scientifique » et « impartial » du problème politique. » En quelques sortes, on peut parler d'une religion matérialiste remplaçant la religion céleste, et pour ce faire, cette nouvelle croyance doit marquer une rupture dans les esprits. En effet, il faut comprendre que l'idéologie des Lumières se distingue des époques antérieures en marquant une rupture totale avec la tradition. Ce qui fait du libéralisme la doctrine moderne par excellence. Et cette opposition entre science et religion et entre la raison et la foi est à l'origine de l'exception occidentale.

 

   On entend souvent que, étant donné que l'homme est intrinsèquement mauvais, le capitalisme est donc le système adéquate ; que ce modèle de société basé sur le Progrès a permis à l'homme de s'extraire de sa condition matérielle déplorable (guerres tribales incéssantes, famines, peste) et d'atteindre un niveau d'éducation honorable (l'homme civilisé) ; mais aussi que les Lumières ont permis l'emergence de la démocratie, ainsi l'homme a pu s'extraire de la tyrannie des rois et des anciens régimes obscurantistes ; l'explosion de la population mondiale au XXème siècle serait due à la révolution industrielle, l'évolution des techiniques médicales et agricoles, etc.

   Mais comme nous le veront dans ce documentaire, avec les techniques hydroliques perfectionnées mises en place au Moyen-Age, et plus généralement, les connaissances des Grecs et des Arabes dans les différentes sciences, pourquoi ne pas voir l'évolution de la population mondiale comme une loi inéluctable, sans aucun lien direct avec l'émergence du capitalisme et de la société moderne. D'autant plus que le XXème siècle, qui a vu la population mondiale passée de deux à six milliards d'individus, a aussi été le plus sanglant de tous. Ensuite, au sujet de la démocratie, qui n'existe que dans les livres, ni le marché soi-disant vertueux ni le système politique basé sur l'alternance gauche-droite n'accordent de souveraineté au citoyen.

 

   Une chose intéressante à constater est que les Lumières ont défendu la colonisation en affirmant la suprématie de l'homme occidental. Alors que la Chine, au Moyen-Age, malgré son avance technologique significative, n'a jamais fait que de défendre et sanctuariser son territoire. En effet, l'Empire du Milieu a developpé sa technologie militaire dans un but de dissuasion et non comme une menace. Le mensonge libérale, derrière l'idéologie des Lumières, véhiculant une vision rationnaliste, anti-spirituelle et dominatrice a amené à la colonisation au nom de la race blanche supérieure et de sa mission civilisatrice. Et cette idéologie suprémaciste et raciste a été, entre autres, celle de Jules Ferry et Léon Blum. En effet, ces deux hommes de gauche ont justifié et promulgué la colonisation comme un devoir de l'homme civilisé face aux races primitives qu'il fallait éduquer. Ainsi, la colonisation et l'extension de l'idéologie marchande et rationaliste se sont répandues au monde entier, surtout au cours du XXème siècle, celui de toutes les idéologies nihilistes.

 

   Après le visionage de ces documentaires, on peut conclure que la révolution industrielle et technologique n'est pas, en réalité, une rupture, mais le prolongement et le perfectionnement de ce qui a été développé au cours de l'Antiquité et le Moyen-Age.

   On peut également en conclure que l'invention essentielle de la modernité est la monnaie scripturale qui a permis l'émergence du crédit. Et donc, à l'image de l'économie actuelle, le moteur de la société libérale, dès le départ, a été le prêt à intérêt (ce qui a permis l'apparition des premières multinationales comme La Compagnie des Indes Orientales).

 

 


 

 

 


 

 

 

Partager cet article
Repost0